0

Cuisine Ukrainienne

IMG_4153IMG_4968

Publicités
0

La Crimée

La Crimée : qui ne la connaît pas, cette presqu’île au sud de l’Ukraine, entourée par la mer Noire et la mer d’Azov? Beaucoup l’associent en premier lieu au fameux vin qui y est produit, aux grandioses palais des tsars, à la flotte russe de la mer Noire, à Tchekhov et à Pouchkine, ou tout simplement à la mer et au soleil. Mais parallèlement à cela, la Crimée, si l’on s’y attarde un peu, c’est aussi une région aux paysages magnifiques d’une étonnante diversité culturelle, qui promet au voyageur une aventure inoubliable.

La Crimée est le lieu de vacances préféré des Ukrainiens. Chaque année, des millions de vacanciers venus d’Europe de l’Est et de plus en plus de touristes du reste du monde se rendent sur ses côtes. Et cela n’a rien d’étonnant : avec son agréable climat méditerranéen, d’innombrables et pittoresques palais, des paysages à couper le souffle, la mer Noire et de nombreuses possibilités d’excursions, la Crimée à beaucoup à offrir au voyageur. De nombreuses peuplades ayant colonisé ou conquis la presqu’île y ont laissé des traces, qui sont encore étudiées aujourd’hui.

La Crimée propose également la découverte de paysages uniques ainsi qu’une flore et une faune d’une richesse incomparable. Exemple : Lors d’une promenade de deux heures dans le jardin botanique de Nikita, vous traversez quatre zones climatiques. Ou encore, vous pouvez randonner des journées entières dans les montagnes de Crimée sans rencontrer âme qui vive. La crête des montagnes le long de la côte sud de la presqu’île offre une vue inoubliable sur la mer Noire et sur les villes thermales d’AloupkaLivadia et Yalta.

0

La route de Transfagaras

Cette route méconnue est l’une des plus belles d’Europe et mérite vraiment d’être parcourue. Voici tous nos conseils pour parcourir la Transfagaras (ou Transfagarasan).

1. Qu’est-ce que la route Transfagarasan ?

La route de Transfagaras (ou Transfagarasan) date des années 70 et relie les villes de Pitesti et Sibiu. L’objectif de cette construction était de créer une nouvelle route à travers la montagne qui soit plus rapide et qui puisse relier plus directement les garnisons de Pitesti et Sibiu. A cette époque, les dirigeants du pays craignaient une attaque des russes. Ils voulaient se préparer, surtout après l’invasion de la Tchécoslovaquie par les russes en 68.

Longue d’environ 115 km et perchée à près de 2000 mètres d’altitude, elle offre des paysages magnifiques sur les Carpates. Cette route méconnue, est l’une des plus belles d’Europe. Elle vaut vraiment le détour.

2. Quels sont les lieux à ne pas manquer ?

Suivez la route 7C sur le GPS ou la carte. Le départ de la route est assez rectiligne et verdoyant. Puis elle devient plus sinueuse et grimpe rapidement. La route est alors longée par les conifères. Le premier arrêt sera à Cetatea Poienari. D’ici vous aurez une magnifique plateforme d’observation installée dans les ruines d’un ancien château ou forteresse. Vous n’avez pas encore pris trop hauteur mais la vue reste agréable et belle. Reprenez la route jusqu’au barrage de Vidraru. Pour info, c’est un peu difficile et pas non plus incontournable, mais il y a une chute d’eau sympa qui s’appelle Valea Lui Stan. Garez-vous avant ou après le barrage et revenez à pied pour observer la vue sur la vallée d’un côté et le lac de l’autre. C’est vraiment magnifique

La route devient plus sinueuse et la forêt toujours aussi présente. C’est dommage car vous ne profitez pas beaucoup de la vue sur le lac que vous longez pendant des kilomètres. Puis soudain les paysages commencent à s’éclaircir. Les arbres n’obstruent plus la vue. C’est à ce moment-là que vous comprenez pourquoi cette route est considérée comme l’une des plus belles. La route tourne toujours plus et les endroits pour s’arrêter son peu nombreux car elle est étroite et les meilleurs endroits sont souvent pris d’assaut.

0

Orheiul Vechi – un musée en plein air

Orheuil Vechi est un site archéologique situé à proximité du village de Trebujeni, à environ 60 kilomètres de Chişinău. Ce site conserve des vestiges des civilisations datant des époques les plus reculées qui reflètent l’histoire lointaine du territoire. On y a découvert des outils en pierre témoignant d’une civilisation très ancienne. Les visiteurs peuvent accéder aux ruines d’un village médiéval, y compris aux vestiges d’une mosquée, de deux mausolées, d’un caravansérail, de deux hammams et d’une maison moldave typique.

Ces particularités du relief ne purent pas être ignorées par les civilisations lointaines qui étaient à la recherche des endroits qui leur assureraient la sécurité. Or, c’est ce qui explique le caractère permanent de l’habitat humain dans cette région, depuis les temps préhistoriques jusqu’à nos jours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

0

Moscou, Russie

Moscou, la belle et puissante capitale russe aux mille coupoles, coeur politique d’une Russie gigantesque, regorge de trésors. La plus grande ville d’Europe, que l’on surnomme souvent « la troisième Rome », est une cité de contrastes où sont réunis de très nombreux lieux mythiques. 

Il ne s’agissait au départ que d’une rivière, la Moskova, et ses méandres dans la plaine russe. Mais en 1147, la destinée de Moscou prend un nouveau tournant, lorsque le prince de Kiev, Iouri Dolgorouki, décide d’y construire un Kremlin qui demeure aujourd’hui encore le coeur de la ville et du pays. C’est à l’ombre de ces hautes murailles rouges que les tsars et dirigeants russes et soviétiques ont presque toujours décidé du destin de la Grande Russie.

Au XIIIe siècle, tandis que la principauté de Moscovie est fondée, la région tombe sous le joug tatare. Ce n’est que sous le règne d’Ivan III que Moscou se libère de la suzeraineté mongole et devient peu à peu la capitale du territoire russe. La ville se dote alors de plusieurs cathédrales qui font aujourd’hui la renommée de Moscou. L’exemple le plus frappant est bien sûr celui de Saint-Basile-le-Bienheureux, emblème international de Moscou et de la Russie, construit pour célébrer la prise de Kazan et dont l’explosion de formes et de couleurs des bulbes ne manque jamais de fasciner et de charmer les hôtes de la capitale.

Plus tard, Moscou continue de croître sous les deux premiers tsars Romanov, dont l’un se fait un construire un sublime palais de bois dans l’immense domaine champêtre de Kolomenskoe, où il fait toujours bon se promener. En 1712, Pierre le Grand bâtit Saint-Petersbourg et en fait la nouvelle capitale russe. Si elle perd son influence politique, Moscou reste un centre économique, industriel et intellectuel animé et voit apparaître de nombreux édifices culturels tels que le monumental théâtre Bolchoï et ou l’immense Université Lomonossov.

La cité continue de s’étendre au fil des ans et s’impose comme étant le coeur industriel du pays. Après avoir retrouvé son statut de capitale, Moscou est le théâtre d’immenses travaux de modernisation. C’est ainsi que de grandes avenues sont percées et que le métro prend ses racines dans les entrailles de la nouvelle capitale de l’URSS. Le réseau de transport souterrain moscovite est aujourd’hui réputé comme le plus beau du monde, grâce à la luxueuse décoration de ses stations.

A partir de 1992, la municipalité, sous la direction de Iouri Loujkov, multiplie la reconstruction à l’identique d’édifices détruits sous le régime précédent. Parmi les plus connus, l’imposante Cathédrale du Christ-Sauveur qui domine la Moskova, construite au XIXème siècle pour célébrer la victoire sur Napoléon puis détruite par Staline dans les années 30.

Cette gigantesque et fascinante métropole de plus de 12 millions d’habitants traversée par la Moskova, est une cité aux multiples visages dont on ne se lasse pas de découvrir les monuments, les ruelles et boulevards. Son activité vibrionnante et sa vie culturelle intense en font une destination européenne incontournable.

Venez admirer les trésors de la Place Rouge et du Kremlin lors d’une escapade à Moscou, ou découvrez toutes nos offres de voyages pour la capitale !